5 astuces pour accélérer les enchaînements d’accords

Partagez ceci:
4 1 vote
Article Rating

5 astuces pour accélérer les enchaînements d’accords

enchaînements d’accords

Choisissez toujours “maintenir le rythme !

Parfois, il n’est pas évident de réussir les enchaînements d’accords d’une grille suffisamment vite pour rester dans le rythme. Par exemple parce qu’il y a beaucoup d’accords par mesure, parce qu’ils sont difficiles, etc.
 
Alors, si vous devez choisir entre “passer un accord” et “maintenir le rythme”, choisissez toujours “maintenir le rythme” !

Sinon, c’est la panique dans le groupe… et même quand on joue tout seul ! C’est vrai que ce n’est pas évident, quand on débute, de changer les accords tout en conservant le rythme : la tendance spontanée serait d’arrêter le rythme, de changer l’accord et de reprendre le rythme. Mais faut pas faire ça, non, faut pas !!!

Pour faciliter les choses, il y a une règle dictée par le simple bon sens : limiter les mouvements. Ce qui implique de diminuer le nombre de doigts à déplacer dès que c’est possible… en attendant d’avoir un entraînement suffisant pour plaquer les accords tous les doigts en même temps et sans regarder !

Voici quelques exemples d’astuces qui peuvent vous faciliter les enchaînements d’accords

 

1. Le choix des formes d’accords

On peut agir sur le choix des positions d’accords : parmi les différents diagrammes d’accords disponibles, il faut prendre ceux dont les positions des doigts sont voisines.

C’est là que les barrés (même les petits barrés comme dans l’exemple ci-dessous) sont bien pratiques, car ils permettent de passer d’un accord à l’autre sans changer le doigté (ou très peu).

Exemple d’enchaînement G -> F non optimal :

Exemple d'enchaînement d'accord G vers F non optimal

Il est certes faisable, et même assez rapidement si l’on est bien entrainé, mais quand il faut aller vraiment très vite (par exemple quand le tempo est élevé) ou quand on débute, ce n’est pas du tout évident.

Exemple d’enchaînement G -> F optimal :

Exemple d'enchaînement d'accord G vers F non optimal

Vous voyez qu’il suffit de faire glisser la même position des doigts de la case 3 à la case 1. C’est bien plus rapide que l’enchaînement précédent (bien sûr, ce serait pareil avec le grand barré).

Mais le mieux, c’est de vérifier par vous-même : essayez les deux enchaînements et comparez !

2. Modifier la position des doigts

On peut aussi ne pas tenir compte de la position des doigts proposée sur le diagramme de certains accords, pour fluidifier encore davantage le passage de l’un à l’autre.

Prenons un type courant de diagrammes d’accords en noir et blanc, où le numéro des doigts est mentionné au-dessus.

Rappel de cette numérotation :

1 = index
2 = majeur
3 = annulaire
4 = auriculaire

Exemple d’enchaînement G -> C avec le doigté classique pour G (regardez les chiffres) :

Enchainement G vers C avec les doigtés classiques

Essayez ces enchaînements d’accords: vous constaterez qu’il faut déjà être bien agile de la main gauche pour aller très vite. Ce ne sera pas un problème quand vous serez très entraînés… sauf peut-être si le tempo est très rapide.

Mais, en attendant, voici une autre possibilité…

Exemple d’enchaînement G -> C avec un doigté optimisé pour G :

Enchainement G vers C avec les doigtés optimisés

C’est le même accord G, sauf que vous n’utilisez pas l’index (n°1). Il est ainsi disponible pour appuyer sur la corde de Si en case 1.

Quand aux doigts n°2 (majeur) et n°3 (annulaire), ils sont déjà dans la même position que dans l’accord de C : vous n’aurez plus qu’à les décaler ensemble d’une corde vers les aigus.

Essayez les deux doigtés et comparez !

Avec cet exemple, vous comprendrez mieux pourquoi nous n’indiquons pas les positions des doigts dans les diagrammes d’accords en couleurs : c’est pour vous habituer à adopter le meilleur doigté en fonction des circonstances. De plus, ce petit travail de réflexion permet de mieux mémoriser les accords.

3. Appui sur une note en commun

On peut également chercher les notes en commun pour anticiper les doigts qui n’auront pas besoin de bouger“Anticiper” , en musique comme ailleurs, est un mot important. Vous le vérifierez en de multiples occasions.

Exemple avec l’enchaînement C -> Am. Vous n’avez pas besoin de décoller tous les doigts après avoir joué C car il y en a deux qui restent en place (les 1 et 2) :

Enchainement A vers C

4. Glissé sur une corde commune

Si ce n’est pas une note en commun, ce peut être une corde en commun, qui permet de passer rapidement d’un accord à l’autre par un slide (glissé).

Là encore, il faut anticiper pour y penser.

Exemple avec le passage de G à D7 :

Enchainement de G vers D7

Au lieu de décoller la main, vous laissez l’annulaire (n°3) sur la corde de Mi (aigu) et vous le reculez d’une case. Vous n’avez plus qu’à déplacer les deux autres doigts.

Avec ces quelques exemples, vous avez certainement compris le principe. Le mot clé, c’est “anticipation”, qui permet de gagner du temps et de limiter les erreurs.

5. Ne jouer que les notes nécessaires des accords

Pour gagner du temps, vous n’êtes pas obligé de plaquer un accord complet avec la main gauche si vous n’utilisez qu’une partie de ses notes dans le morceau. Plaquez simplement les notes nécessaires !

Exemples : vous n’utilisez pas la basse, ou seulement la basse et les deux dernières notes aiguës…

L’astuce ultime !

Si, malgré ces astuces, le passage d’un accord à l’autre “coince”, laissez tomber cet accord et passez directement au suivant : la priorité, c’est le rythme.

Vous devez impérativement rester dans le rythme même si vous “coincez” sur un accord.

Chaque main doit être indépendante de l’autre. La droite s’occupe du rythme et doit le maintenir quels que soient les aléas de la main gauche !

Une cassure dans le rythme sera infiniment plus audible qu’une erreur sur les accords, qui, de plus, sera en général masquée par les autres instruments (et éventuellement la voix des chanteurs) lors de l’interprétation d’un morceau en groupe.

Mais rassurez-vous, si vous apprenez d’emblée à travailler en dissociant les deux mains, vous ne ferez pas non plus d’erreur sur les accords !

Même les guitaristes confirmés ne vont pas hésiter à “tricher” un peu sur la grille d’accord pour parvenir à respecter cette règle.

Plutôt que de rater la transition d’un accord à l’autre, ils vont carrément ne pas jouer le dernier accord de la mesure ou ne jouer que les cordes à vides.

Le fait de jouer les cordes à vide vous donne le temps de positionner vos doigts pour l’accord suivant, ce que vous n’auriez probablement pas le temps de faire sinon. C’est une pratique courante. Il faut simplement ne pas accentuer ces notes et ça passe sans problème. Et souvent, ça produit même un effet plutôt intéressant.

Si vous jouez les cordes à vide, il est aussi possible de les étouffer, à la fois pour atténuer leur “présence” au sein de l’harmonie et pour produire un son légèrement percussif, qui peut très bien convenir comme transition. Vous pouvez étouffer les cordes de deux façons  :

  • soit avec les doigts de la main gauche avec lesquels vous les effleurez ;
  • soit avec la paume de la main droite, qui effleure les cordes au niveau du chevalet.

Comme ce sera très bref, cela ne posera aucun problème au niveau de l’écoute.

Donc, autorisez-vous ce genre de “tricherie” plutôt que de casser le rythme !

Maîtrisez les Accords avec Guitare et Couleur !

La Bible des Accords à la Guitare ! Tout ce dont vous avez besoin pour comprendre, apprendre et maîtriser les accords à la guitare. Support Personnalisé Illimité.

 

4 1 vote
Article Rating
Partagez ceci:
4 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires